La date de la mort de Jésus

Cherchez sur internet, vous apprendrez que Jésus est mort le 7 avril 30 ou le 3 avril 33. Une datation précise impose le respect mais il s’agit là d’une imposture car ces dates sont établies avec une méthode qui n’a aucune raison de donner un résultat exact.

Comme tout ce que l’on sait de Jésus vient des quatre évangiles, c’est là qu’il faut commencer l’enquête. Une première difficulté apparaît car les évangiles donnent deux chronologies bien différentes pour l’arrestation, la condamnation et l’exécution de Jésus.

Les évangiles selon Matthieu, selon Marc et selon Luc (on les appelle les évangiles synoptiques) nous disent que Jésus est mort le premier jour de la fête de Pâque. L’évangile selon Jean opte pour la veille.

Il y a une autre difficulté : les quatre évangiles font mourir Jésus un vendredi. Le jour de Pâque ne pouvant être la même année à la fois un vendredi et un samedi, Jean et les autres évangiles ne s’accordent pas sur l’année de la mort de Jésus.

Continuer la lecture de La date de la mort de Jésus

Salamito répond à Onfray

Dans Décadence (Flammarion 2017), Michel Onfray conteste l’existence de Jésus. Jean Marie Salamito (Normalien, agrégé de lettres classiques, professeur d’histoire du christianisme antique à la Sorbonne) lui répond dans Monsieur Onfray au pays des mythes. Réponse sur Jésus et le christianisme (Salvator 2017).

Nous allons examiner comment Jean-Marie Salamito répond à « l’affirmation la plus tonitruante de Décadence: Jésus de Nazareth n’aurait jamais existé » (page 15).

Continuer la lecture de Salamito répond à Onfray

Qui a écrit les évangiles ?

Est-on bien renseigné, bien documenté, à propos de Jésus ?

Certains affirment que Jésus est l’un des personnages de l’Antiquité que nous connaissons le mieux. D’autres pensent que l’on ne sait rien de lui.

Pour être abondamment renseigné sur Jésus il suffit de lire la Bible et plus précisément les évangiles. Ces quatre livres racontent avec force détails l’existence de Jésus, sa vie sa mort et son enseignement. Il est exact que peu de personnages de l’Antiquité bénéficient d’une biographie aussi importante.

Cependant une lecture des évangiles, même superficielle, montre que ces quatre livres se contredisent et qu’il leur arrive de raconter des histoires invraisemblables. Une lecture plus attentive montre que le principal souci de leurs auteurs n’est pas de faire de l’histoire mais de faire de la théologie, de transmettre un message religieux.

Le lecteur ne doit pas s’imaginer qu’il s’agit là d’une opinion personnelle ou d’une marotte de bouffeur de curés. Des historiens professionnels croyants et travaillant pour une institution catholique peuvent émettre le même son de cloche :

« On ne comprend rien des premiers textes chrétiens, mais rien du tout au point de vue historique si on ne voit pas qu’on a affaire à des gens qui ne veulent pas faire de l’histoire comme on dit mais simplement qui veulent dire leur conviction dans cette présence de Jésus ». Charles Perrot. Corpus Christi. Émission Résurrection. 28e minute. DVD, Arte vidéo, 1997-2004.

Charles Perrot est prêtre, professeur honoraire à l’Institut catholique de Paris. Son Jésus et l’histoire est un classique.

Continuer la lecture de Qui a écrit les évangiles ?

Les contradictions entre les évangiles

J’ai signalé (page 212) que certains chercheurs (dits fondamentalistes) tentent d’établir que les contradictions qui opposent les quatre évangiles (et les autres livres du Nouveau Testament) ne sont qu’apparentes.

Un lecteur me demande détails et références.

Il peut consulter Il a souffert sous Ponce Pilate de Vittorio Messori, François-Xavier de Guibert, 1995.

Voici la solution à la première des contradictions qu’examine ce livre.

Continuer la lecture de Les contradictions entre les évangiles

Les variantes entre les manuscrits des évangiles

Il arrivait aux scribes de l’Antiquité de se tromper. Aussi, quand on dispose de plusieurs manuscrits d’un texte antique, on dispose aussi de plusieurs textes différents.

Ce problème concerne-t-il aussi les évangiles ? À ce sujet, j’ai lu et entendu tout et son contraire.

Il arrive que l’existence de variantes entre les manuscrits des évangiles soit évoquée par ceux qui contestent l’existence de Jésus[1].

J’ai critiqué ici une vidéo où, à la 42e minute, où un orateur en soutane affirme que l’absence de variantes est un argument en faveur de l’existence de Jésus : quand on compare les évangiles « il y a zéro (pas zéro, on est à quatre-vingt-dix-neuf pour cents d’absence d’erreur) et toutes les erreurs sont du style une virgule, un iota, un accent mal placé, une lettre à la place d’une petite jambe qui a été mal écrite et qui ne change absolument rien au sens du texte. »

Alors, y a-t-il des variantes dans les évangiles ?

Si oui, est-ce important ?

Continuer la lecture de Les variantes entre les manuscrits des évangiles